Les articles

Message aux entrepreneurs : attention à la dépendance technique

Les années passent et le phénomène continue voir s’amplifie. Des entrepreneurs qui n’ont pas de compétences techniques (et souvent aucune ou très peu de connaissances) et qui se retrouvent dans une situation complexe à gérer avec une dépendance totale auprès d’un freelance, d’une SS2I, d’un “CTO associé” et qui ne savent pas comment gérer ces relations.

Les situations et erreurs les plus fréquentes que j’ai constaté :

  • l’entrepreneur veut intégrer le freelance comme associé (donc donner du capital) afin d’économiser de l’argent – En aucun cas cela est une bonne raison de s’associer avec quelqu’un.
  • l’entrepreneur travaille avec une SS2I sans posséder le code source et l’architecture serveurs.
  • l’entrepreneur n’est pas transparent avec son partenaire technique sur sa vision de la suite du partenariat.
  • l’entrepreneur ne sait pas comment effectuer la transition du développement technique externe à interne.
  • l’entrepreneur considère son associé technique comme une ressource technique et non comme un associé “classique” ce qui créé une dynamique dangereuse pour le projet. (et peu respectueuse pour l’associé technique)

 

Quelques conseils :

  • s’entourer de personnes techniques en fréquentant des réseaux comme l’école 42 par exemple – Cela permet de recruter mais aussi de mieux comprendre ces métiers et les attentes de ces personnes.
  • se former soi même aux bases et prendre la position de product owner ou product manager pour diriger la vision produit et mieux assimiler la complexité de ces projets.
  • ne pas tomber dans la solution de facilité ou la moins cher au détriment de la qualité.
  • ne pas prendre un associé technique pour ses compétences techniques et sa capacité à sortir un premier produit mais en le traitant comme un associé long terme (10 ans).
    être hyper transparent sur les attentes que vous avez avant de commencer le projet. Qu’est ce qu’il se passe après la mission ?
  • se débrouiller par soi-même pour sortir la première version de son produit (MVP), il y a tout ce qu’il faut aujourd’hui pour qu’un “non tech” en soi capable.
  • aucun compromis sur la possession du code source et des serveurs.
  • entourer vous de conseillers techniques.

 

Le rapport de force est trop déséquilibré si vous ne prenez pas la peine de faire des efforts pour comprendre ce domaine, en vous formant, en vous protégeant et en respectant ses acteurs.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom

E-Mail

Site Web

Commentaire

#1 Onur Karapinar – Conversations avec JCK